fleur_ylang_webp.jpg La fleur d’ylang-ylang, appelée aussi Cananga odorata, exhale un parfum puissant aux multiples facettes. L’huile essentielle d’ylang-ylang dégage des notes essentiellement florales ; on y distingue des notes épicées chaudes (cannelle), des aspects floraux du jasmin et de l’œillet, parfois un effet « médicamenteux », des notes fruitées, douces, vanillées boisées. Son huile essentielle est utilisée dans les parfums floraux ou orientaux pour ses notes florales exotiques et chaleureuses. Elle a une influence en tête et en cœur du parfum.
Exemples de parfums contenant de l’ylang-ylang : Chanel N°5 (1921), Joy de Patou (1930), Opium d’YSL (1977), Samsara de Guerlain (1989), Jean-Paul Gaultier classique (1993), 24 Faubourg Hermès (1995), Ange ou Démon Givenchy (2006), Private Collection Amber Ylang d’ Estée Lauder (2008)…

En Asie du Sud Est, l’ylang-ylang sert à aromatiser les bonbons, les glaces les boissons et les chewing-gums.

L’huile essentielle d’Ylang est considérée en aromathérapie comme sédatif, antiseptique, hypotensif et aphrodisiaque.

sur l'île de Mayotte :

Mayotte_Web_p.jpg

Ylang-ylang et vanille principalement, mais aussi épices : poivre, cardamome, gingembre, racines de vétiver et fleurs de géranium, la région de Madagascar est célèbre pour sa production de plantes à parfums.

plantation d'ylang-ylang :champs_ylang_webG.jpg

L'ylang-ylang est un arbre qui donne des fleurs très parfumées dont on extrait une huile essentielle par la technique de l’hydro- distillation à haute pression. L’arbre est taillé à 2-3 mètres du sol et étêté pour faciliter la récolte des fleurs. Il croît dans les régions humides et chaudes. Sa floraison s’étale sur toute l’année.
Fleurs d'ylang
Les fleurs, solitaires ou en grappes, présentent des pétales blancs qui prennent ensuite une teinte verdâtre puis virent au jaune.

Origine et production :

L'origine du nom ylang-ylang vient du nom de l'arbre en tagalog (langue des Philippines). Le nom Cananga vient du nom malais de l'arbre, kenonga ou kananga. Cette fleur, originaire des zones tropicales humides d’Asie du Sud Est (Philippines, Inde…) a été importée dans les îles tropicales de l’Océan Pacifique et de l’Océan Indien (Madagascar) au 19ème siècle. La première distillation daterait de 1860 aux Philippines. Au début du 20ème siècle, la culture de l’ylang-ylang est entreprise à grande échelle par les planteurs des possessions françaises de l’Océan Indien pour le compte des parfumeurs français. Mayotte a abrité la plantation Guerlain.

La production d'essence d'ylang-ylang varie selon les années. Elle est majoritairement originaire des Comores, Mayotte et Madagascar. Elle représente actuellement : 40 à 50 tonnes issues des Comores et Mayotte, et 15 à 20 tonnes provenant de Madagascar et Nosy Bé. (source, site internet de Biolandes)

Champs d'ylang-ylang à Nosy Be :

champs_webG2.jpg

La culture de fleurs d’ylang-ylang est disséminée parmi une multitude de petits producteurs aux Comores, et est détenue par de gros exploitants à Madagascar. Il en est de même avec la production d’huiles essentielles où l’on retrouve 4 à 5 gros distillateurs sur Madagascar, et des dizaines sur les Comores et Mayotte.

Plantation et distillerie à Nosy Be :

Plantation d'ylang et distillerie

Les distillateurs sont souvent regroupés afin de réaliser les communelles (assemblages de différents lots d’essence) et d’avoir une quantité d’huile essentielle suffisante pour les marchés internationaux.

Chaque arbre peut produire 3 à 4 kg de fleurs par récolte. La récolte se fait toute l'année, avec une baisse en décembre/janvier. Il y a 3 récoltes, la meilleure étant celle de la saison sèche (septembre à novembre) qui donne la meilleure qualité car les fleurs sont sèches et riches en huiles essentielles.

Boutons de fleurs d'ylang en avril :

boutons_fleurs_web_p.jpg
Les fleurs d'ylang se renouvellent en avril (au début de l'automne austral, après la saison des pluies). Selon la qualité des fleurs, le rendement varie entre 0,5% et 2% (100 kilos de fleurs pour 2 kilos d'huile essentielle équivaut à un bon rendement).

Distillerie avec ses alambics en cuivre :

Distillerie_web_p.jpg

La fleur d’ylang-ylang est récoltée à l’aube, alors que la teneur en huile essentielle est la plus forte. La distillation de la fleur fraîche se fait à l’eau dans des alambics qui permettent d’extraire une huile essentielle en plusieurs fractions. La distillation dure de 12 à 20 heures, les meilleures fractions étant recueillies dans les 2 premières heures. Le distillateur rajoute des fleurs au fur et à mesure de la chauffe, toute les 3 heures environ. Le produit des différentes distillations se distingue suivant la densité de l’essence : Extra Supérieure, Extra, Première, Deuxième, et Troisième. Les fractions Extra-supérieures, Extra et Première sont destinées à la parfumerie de luxe, les Deuxième et Troisième étant destinés aux cosmétique, savons et détergents.

photos : Stéphane Piquart, voyage à Madagascar, Mayotte et Nosy Bé, avril 2010.

sources : Stéphane Piquart, Wikipedia, Osmoz, Givaudan